jeudi 8 juin 2017

   En Thaïlande aussi, les bords de mers ont été grignotés par les migrants économiques. Ceux-ci, grâce à la puissance de petites économies sagement accumulées durant toute une vie, ont pu repousser les autochtones dans des baraquements éloignés.
    La nuit, chacun se rend aux festivités à fort volume organisées dans les forêts de l’arrière-pays, et le jour des autocars chargés de botanistes font halte afin que la fête continue.
 
(1470)


Le bal global

5 commentaires:

  1. In girum imus nocte ecce et consumimur igni !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'arrive aussi d'être atrabilaire, je le confesse, mais je préfère désormais le vélo à l'alcool, et je pratique avec assiduité le dogmatisme dégagé sous Laura et Pam, naturellement.

      Supprimer
  2. Faites gaffe quand même, les benzodiazépines favoriseraient, dit-on, l'alzheimer.

    RépondreSupprimer
  3. La nuit, pour votre gouverne Marquis, sachez (et un seul sachez suffit) que vous verrez mieux une étoile si vous regardez légèrement à côté. C'est une histoire de cônes et de bâtonnets dans l'oeil.
    J'aime bien cette idée.
    C'est comme retrouver une lettre d'un vieil amoureux oublié, alors qu'on cherche juste sa gomme.

    RépondreSupprimer