vendredi 9 juin 2017

   S’il est quelquefois agréable de ressentir une certaine douleur, il est toutefois profitable qu’elle ne s'éternise pas.

(1471)


8 commentaires:

  1. Je ne crois pas que quiconque s’arrache les croûtes pour le plaisir d’en lécher ce qui suinte. C’est une vision toute romantique, voire ducassienne, du plaisir dans la douleur.

    Pour autant, la souffrance entretient avec le souvenir un lien qu’il n’est ni bon, ni nécessaire, de vouloir rompre avec brutalité. Tout vient en son temps et tout vaut mieux que le Léthé, car vivre sous anesthésie n'est pas vivre non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après bien des hésitations, je pense que j'aimerais être réincarné en méduse ou en pied de synoptophore.

      Supprimer
  2. "Ce jazz qui d'jazze dans le soir
    Et ce mal qui nous fait du bien "

    C'est extra

    "johnny! johnny"

    :-)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu dans un magazine chez le dentiste une phrase assez drôle et juste de Jacques Dutronc qui dit : "j'aime bien avoir mal aux dents car au moins, je sais où j'ai mal".

    RépondreSupprimer
  4. Mais je crois que je l'ai déjà raconté ici. Pardon pour la redite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas impossible, Sainte Catherine.

      Mais continuez : je vous prie.


      fous qui disiez

      plus jamais

      vite

      redites.


      (Samuel B.)

      Supprimer